le blog de Stephan Ghreener
STEPHAN GHREENER
Stephan Ghreener
Stephan Ghreener



Recherche



RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Tant qu'il y a du champagne

Ne dites plus "Lombard & Cie" mais "Champagne Lombard". Une coquetterie marketing ? Non. Un nouveau départ. Un vrai. Rencontre et dégustation en présence de l'équipe dirigeante à Epernay, suite à ma première très bonne impression lors du dernier Grand Tasting parisien.
Première partie.


Champagne Lombard : une révolution et des trésors.
Les révolutions se préparent. C'est un savant dosage d'audace et de raison. Mais une fois la table renversée, plus moyen de faire machine arrière.

Johann Cochut, le nouveau directeur général de la Maison Lombard vous regarde droit dans les yeux, l'oeil impatient presque rieur. Et quand on lui demande s'il est le chef d'orchestre de la révolution en cours, il vous fait une réponse sportive, plutôt rugby que football : "nous sommes quatre autour de cette table, il n'y a pas de bataille d'égos."
En effet. A ces côtés, Hiromi Sugiura, issue de l'univers de la mode et qui est en charge du marché japonais, le troisième pays consommateur de champagne au monde. Et puis bien sûr,  Christophe Pitois, oenologue, recruté en 2007 par Thierry Lombard. Sans oublier, Laurent Vaillant oenologue lui aussi. Les rôles sont bien répartis.
Christophe Pitois, qui est au passage propriétaire de vignes au Mesnil-Sur-Oger, est en charge des achats de raisins. "Avant de "faire" du champagne, on pense terroir, Grands Crus, travail parcellaire" me dit-il avec gourmandise. Laurent Vaillant, lui, s'occupe de la vinification.
Voilà pour l'équipe de choc. Et cette révolution alors ? Elle est profonde.

Longtemps, la Maison Lombard & Cie a eu une approche presque "industrielle" de son métier. Elle élaborait essentiellement des champagnes à destination des marques distributeurs.  Mais cela ne collait plus, ni au marché, ni à la personnalité de Thierry Lombard, hédoniste et amateur d'art, à la tête de la maison familiale.

Laurent Vaillant, oenologue depuis plus d'une décennie dans la maison, et donc le plus ancien de nos quatre mousquetaires, tient à préciser : "notre obsession de la qualité a toujours été là, notre savoir-faire reste le même. La vraie différence, la vraie nouveauté, c'est que dorénavant notre champ d'expression est bien plus large." Exit donc l'activité de "faiseur" de champagne. En route pour l'excellence.

Dès le mois de mars, la nouvelle gamme des champagnes Lombard sera mise en place. Distribution sélective. Avec pour objectif de proposer aux clients une expérience totale. Toujours, un Brut Référence dans son rôle de champagne de découverte. Mais la force de la maison Lombard est d'avoir 9 Grands Crus à offrir. Dont 8 non-dosés. De quoi proposer des champagnes d'initiés. 

Nommé il y a un peu plus de dix mois par le propriétaire, Johann Cochut aime bien les challenges, cela se sent.  Il a fait carrière chez Georges Duboeuf puis dans le Beaujolais (Cave Signé Vignerons). "Quand je suis arrivé, il a fallu voir si nous avions les moyens de nos ambitions. Et on les a bel et bien !"
C'est avec surprise qu'il découvre un véritable trésor de guerre dans les caves de la Maison Lombard : des dizaines de milliers de bouteilles. De quoi proposer de très grands millésimes. C'est bien simple, au moment de faire la visite avec Laurent Vaillant, je découvre à mon tour ces trésors. Les millésimes attendent à bonne température.
1996, 1992, 1990, on "descend" jusqu'en 1973… Fabuleux !
A mon retour à la surface, je reprends mon souffle et la conversation avec Johann Cochut par la même occasion.
"La Maison Lombard au travers de sa nouvelle gamme, c'est une expérience totale, l'excellence est dans chaque cuvée. Une nouvelle histoire démarre".
Le "lifting" des étiquettes était obligatoire. Histoire d'avoir le flacon ET "l'ivresse"…

…La suite, à lire et découvrir ici-même la semaine prochaine !

Stephan Ghreener
 
 

Stephan Ghreener
Rédigé par Stephan Ghreener le Mardi 2 Février 2016 à 12:14